I am Charlie (and why it’s more than that.)

After having had chats with various buddies from around the world, I felt I needed to post something in english.

So. As you could see the past few days, I had my “Je suis Charlie” icon on facebook.

Some may wonder why. Well, let’s start at the (very) beginning, which we all know, is the very best way to start.

So once upon a time were cartoonists. I’m not going to write about the past few years, about them being under threats, about that. I’m going to talk about why, I felt that I am Charlie.

Those cartoonists, the oldest ones are of my parents generations. Dad often spoke about Le Grand Duduche, this character drawn by Cabu. Due to not having a telly as a kid, I wasn’t subjected too much to Cabu at the Club Dorothée (a kid program that introduced 80/90 kids to the glory that are japanese anime) but Cabu was part of the gang and drew cartoons as well as the covers of the main anchor of the program, Dorothée, who was also a singer. That I remember ‘cos I was old enough to get access to my cousin’s albums and remember the drawings. There was also the weird, hard to understand drawings from Wolinski which featured in Paris Match, which my gran read and was a magazine I read. Back then I read everything. even what I did no understand. So I read the Wolinski cartoons which as far as my under-10 years old brain was able to understand, were not funny (and kinda crass.) As mum said yesterday, it was a good thing I did not understand them. Nonetheless, Wolinski and his naked people were part of my “learning to read” experience. Amidst all that I was introduced to Charb, who was drawing for Mon Quotidien, a weekly newspapaper for kids which was summarizing the french and world news in a 4 pages paper. I was a subscriber as was my classroom. And not to forget Tignous which was drawing for l’Evenement du Jeudi, a magazine Dad was a subscriber to (and since back then I used to read everything as said before, I was subjected to his drawings I never cared much for ‘cos I didn’t like his style.)

So once upon a time, before I was event 10, four of the slained were part of my life. They were as much part of my life as Nicole Lambert’s “Les triplés” (which drew a comic in Figaro Madam and my gran used to mail to me every single week even when I was in my early twenties because that’s what she did.)

So even before realising that they had killed men that were drawing caustic irreverent sarcastic “oh my god they dared” cartoons in Charlie Hebdo, my brain registered that 4 pilars of my cultural upbringing had been killed.

So me being in the walk today, having my “Je suis Charlie” sign, was also about me mourning 4 friends. Wolinski taught me to read as much as The Bereinstein Bears taught me the basics of English.

So I am Charlie.

I never bought the newspaper. back when I was buying newspapers it was only abroad and mostly to keep abreast of the news in France and most of the time, abroad, one could find only Le Monde.
I read the newspaper. At the newsstand sometimes, at friend who had it too, at the library when they had it.

When I say I Am Charlie, I know fully well what I am about. I don’t expect you to understand. I don’t expect you to agree.

So once upon a time were those men and women and they wrote and drew. And somehow some idiotic bastards thought they’d kill them to avenge their prophet. Because that what sane people do (not.)

And so they killed. My countrymen. In my country. And it’s still fucking surreal and what the fuck just happened there?

They killed the maintenance man that died in his mate’s arm as they hid in the closet. They killed men (and women) who would have rather died standing for their ideas than yield to their threats. They killed police officiers that were doing their duty. They killed people going to the dairy.

And in their memories I walked today. I am Charlie but I am also all of them.

I am Cabu, Honoré, Tignous and Charb. I am Wolinski, Ahmed, Frédéric, Franck, Mustapha, Bernard. I am Elsa and I am Michel. I am Clarissa and Yohav. I am François-Michel, Yohan and Philippe.

To say I am Charlie is to say that I am French. That I can’t draw for shit but am glad to be allowed to doodle. It means I can keep on writing my stories. I mean I can walk, the head high and share with my neighboor.

I am my memories and my bleeding heart. I am free. It means I am a citizen of the republic.

I am Charlie are three words. To encompass an idea.

By commiting those despicable acts of violence, they have brought a country together like never before. They have rallied us around values we somehow believed no one really cared about. They have brought my slightly agoraphobic mother in the street for the first time in her life because she wanted to make herself heard (ok, mum’s not agoraphobic. she is just scared that by going to a demonstration she will end up being trampled to death. not joking.) Do they understand what they’ve done? They have brought us together (and I sure as hell hope it’ll last for more than a week.)

I don’t stand behind all of Charlie’s cartoons. It doesn’t mean I am not Charlie.

So in the beginning were people drawing cartoons. People educating us in various ways. People taking care of our safety. People living their life. In the end they are dead. Murdered.

And I walked in their name. I walked in my name. I walked in the name of my country.

I walked because I am French and that’s me, scared about tomorrow but standing. Tall and proud, hand in hand with my friends, my fellow countrymen.

I wrote this because I have had various chats with non French in the past few days. And I wanted you to better understand.

(I also walk for the living, the one whom through acts of courage made me feel lighter. I walk for Lassana, for Lilian and Michel. But also, for the armed forces of my country who are somehow weirded out by us thanking them as we are, but man. They deserve our thanks.)

Advertisements

Je suis Charlie (mais pas que)

Ces trois derniers jours, j’ai eu les boules.
Vous savez, ces bons ganglions angineux qui font mal quand on dégluti et qu’on pense être visible de l’exterieur?

Je me suis reveillée comme ça jeudi matin, la gorge en feu, les nerfs à vif et avec l’indicible sensation qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond.

Il y a de celà moults années, au moment de mes angines à répétition qui coincidaient étrangement avec la naissance de mon frère et un déménagement (je changeais de maternelle! ça n’allait pas à l’enfant que j’étais.), un medecin a finit par trouver la cause de mon mal étrange.

“Votre fille, elle a les boules”

J’avais 3 ans, je savais pas comment le dire, alors paf, ganglions, angine, malade. J’ai 26 ans de plus et mon corps m’a ressorti ça en guise de symptôme post massacre sur le sol national.

J’ai eu les boules. Et comme c’était psychosomatique, aucun cachet n’a eu d’effet. Histoire de te rappeler que non, tu ne vas pas bien, n’essaie pas de le nier.

Ce soir, ça va mieux. C’est d’ailleurs allait mieux de façon progressive. Au gré des nouvelles. Au gré du soutien entre nous. Au gré des discussions cathartiques.

_______

Comment passe t-on d’une pause déjeuner où, assise au soleil, on parle solde avec les copines, à regarder son téléphone et s’entendre dire “fusillade. 12 morts. Paris. France.”

Il y avait quelque chose de bizarre dans cette phrase. Parce que malheureusement, fusillade et morts, on les entends trop souvent. Avec le nom d’une autre ville. D’un autre pays.

12 morts. Acte terroriste. France.

Et puis vient la réalisation que c’est pas juste un acte de folie non préméditée. 12 morts. 12 assassinés. 12 vies arrachées.

Et puis Charlie Hebdo.

Et on continue de lire. Et les infos continuent de tomber et puis … aprés-midi de merde.

Des noms qu’on ne pensait pas voir, là, noté sur une même ligne, avec les mots “décédés”, “tués”, “assassinés”.

L’avantage (et parfois le fort désavantage) de travailler sans accés à internet (téléphone et ordinateur) c’est que ça crée un dephasage. Pendant un instant, en pause, on lit. Et on retourne travailler pendant deux heures. Et les collégues qui aprtent en pause reviennent avec leur mise à jour. Et on fait une rotation. L’information circule. Lentement. Etrange.

On se regarde, on parle, on a du mal à raliser. Parce qu’on a pas les images, on a juste nos échanges et le lent filet de l’info qui s’écoule entre les bureaux.

Des policiers. Morts. C’était leur travail. De les protéger. De nous protéger. Morts.

Des dessinateurs, des gens d’esprits, des franc-tireurs de l’humour trashouille noir glauque pince-sans-rire. Morts. Parce qu’ils dessinaient.

Des employés de l’immeuble. Là pour aider les autres à mieux vivre leur quotidien. Morts.

Des employés de Charlie Hebdo, representants de leur liberté de penser. Mort.

Tous. Morts.

Des survivants. Oh grand merci. Et des témoignages qui arriveront vite. Des larmes. Dans mon coeur, dans mon âme. Sur mes joues.

Et ce Je Suis Charlie qui grimpe, enfle, nous emporte dans sa vague. Parce qu’il faut un symbole, un mot, une idée, quelque chose autour duquel nous rassembler, nous rechauffer le coeur, nous tenir les uns aux autres. Trois mots simples. Qui nous accrochent et permettent de monter, sinon de dire, que nous sommes là.

Vivants. Debouts. Fiers.

Je ne suis pas que Charlie. Je suis citoyenne du monde. Citoyenne de France. Libre. Fière. Debout. Vivante. Je suis une dessinatrice d’un talent douteux. Je suis écrivaine aux mille brouillons. Je suis Cabu, je suis Honoré, je suis Tignous et je suis Charb. Je suis Wolinski, je suis Ahmed, je suis Frédéric, je suis Franck, je suis Mustapha, je suis Bernard. Je suis Elsa et je suis Michel. Je suis Clarissa.

Je suis composée de souvenirs. De Paris Match de mamie où j’ai appris à lire avec Wolinski sans rien comprendre à ses dessins. De Club Dorothée et de croquis de Cabu. De Charb à travers les dizaines et dizaines de Mon Quotidien que j’ai lu et où j’ai découvert le monde qui m’entourait. A travers eux, à travers leur mort, à travers ces assassinats, c’est aussi mes souvenirs qu’on teint d’un voile rouge. Ils m’ont aidé à apprendre. Ils m’ont aidé à découvrir le monde. A rire. A sourire. Et puis plus grande j’ai compris Wolinski et même si j’avais pas le même humour, je le trouvais drôle. Et plus grande j’ai découvert le Canard Enchainé, et puis Charlie Hebdo. Qui me faisait rire mais rire. Qui me faisait aussi grincer des dents et m’a plusieurs fois poussé à dire “Oh non, ils exagérent quand même.”

Et ils sont morts. Eux. Et les autres. Tous morts. Lachement descendus par de sales connards. Par des enfoirés de première qui salissent une religion, au passage.

Vous avez déjà été sur une plateforme téléphonqiue silencieuse? J’aurais espéré avoir à répondre par la négative. le silence lorsque tous nous nous sommes deconnectés à 12h. Une minute de silence. Etrange. Irreel. Invraisemblable. Le silence. Et puis à nouveau la vie qui reprend ses droits. Mais ce silence qui regne dans une partie de nos coeurs. Et Je suis Charlie. Sur nos fenetres. Nos icones. Nos bureaux.

Et comme si un assassinat de masse ne suffisait pas. Encore d’autres. Morts.

Et les dessins qui fusent toujours. Les blagues moisies. Les grands silences. Les Marseillaises. Les soupirs qui disent tout. Qui disent “mais comment?” et les discussions animées. De celles qui font un peu avancer notre relfexion. Entre collégues. Entre chretiens, athées et musulmans. Entre mamans qui se demandent comment expliquer, comment dire. Entre nous, simplement. Au téléphone. Dans la queue de la cantine. Et toujours cette info qui arrive, au compte goutte. on compte sur ceux en pause pour apporter les dernières nouvelles. On compte sur le monde pour être un peu moins fou. On se serre les coudes. Et intérieurement, on remercie nos clients. Avec leurs soucsi, leurs problèmes, ils nous font un instant oublier le notre, de problème.

Alors j’ai eu les boules. Et je les ai toujours. Les cachets ne feront pas effet. La parole oui. Les échanges. Les blagues moisies. Les bises sur la joue. Les plans sur la cométe pour faire du covoiturage et aller marcher dimanche.

Je suis soulagée. Ils sont morts. En ouvrant la porte tout à l’heure, maman m’a dit “C’est fini. C’est fini. C’est fini.” La voix tremblante. Les yeux trempés. C’est fini. Ils sont morts.

Et nous sommes debouts. Fiers. Libres. Un crayon à la main et des valeurs dans le coeur.

Et parce que je suis aussi Jaycee, parce que j’appartiens à un mouvement dont les valeurs sont les miennes. Je vous laisse avec ces mots que nous avions déclamé pas plus tard que mardi soir en assemblée générale.

« Nous croyons :

Je crois. Je suis.

Charlie.
(mais pas que)

Et toi, t’écris comment cette année?

Avant de revenir de fond en comble sur mon année 2014 qui fut riche d’enseignements sur me myself and I et pas si riche que ça pécuniairement même si c’est bon j’ai un salaire à peu prés stable, j’ai envie de revenir sur mon année d’écriture et les quelques évidences qui sont ressorties de mois d’introspections, de reflexions, d’engueulades internes et d’échanges passionnés.

Deux choses étaient évidentes dés le départ : j’écris plus vite en anglais qu’en français et j’aime pas écrire en français.

Cette dernière enonciation fut réflechie, retravaillée et finalement, le Camp Nanowrimo de cet été à mis en évidence un petit quelque chose; je n’aime pas écrire en français car je réfléchi trop à comment poser mes mots.

Et de cette réalisation en a découlée une seconde; mes phrases françaises sont courtes.

De fil en aiguille, j’ai tracé des parallèles, et je me suis effectivement rendu compte que si je pouvais tourner pendant 1 page autour d’un pot imaginaire dans la langue de William, je rendais cette page en un paragraphe dans celle de Jean-Baptiste.

Mes phrases anglaises sont rapides, longues, s’étalent. Mes idées jaillissent, s’écrasent, fusent et remplissent les lignes sans aucune gêne.

Mes phrases françaises sont simples, concisent. Elles brillent par leur calme et le temps qu’elles mettent à se poser sur la page.

Et parce que je réflechi à mes mots, à mes actions, à mes idées, mon texte est plus limpide, clair, sans fioritures, sans effets d’optiques.

De celà, la reflexion qu’écrire le Nanowrimo en français est une perte de temps et un exercice de frustration. Les 50k volent en anglais et me frustrent en français.

C’était la première conclusion de mon année.

Ensuite, vient le quoi écrire. Et là, ça revient, comme une refrain, une ritournelle, depuis 10 ans.  Non, pas Aèris. Pas elle. Elle, je ne sais toujours pas quand et comment elle finira par garnir mes pages dans une histoire finie. Un jour. Elle est revenu, comme toujours, mais de façon détournée, en personnage secondaire d’une histoire bien rodée.

Les deux autres. Ce sont eux qui sont revenus. Laissé de coté mais jamais oubliés. Et soudainement, là, d’un coup d’un seul, ils se sont imposés. Alors 2015 va être leur année.

Cette année, j’ecris l’histoire de Korey et Maël, post ascension d’Aèris.

Et on va commencer en deblayant les 9800 mots écris en français et en anglais.

Enfin non, on va commencer en decidant dans quelle langue je les écris.

Décision. Décision. Mais ça serae une décision pour 2015.

As happy as before

I’m sorry I can’t say that now that I have lost 13 kilos since february, I feel better. I’m sorry I cannot tell you that it made me feel awful to have all that extra fat around my body. I’m sorry I can’t say that “I feel more beautiful”. Yes dad, I am sorry I can’t tell you that words you would like to put in my mouth.

Because sure, I’m happy I can put some size 12 instead of 16. I’m glad my booty is perkier and my arms firmer. I’m feeling more comfortable overall, with pants that fit better and a belly that is less wobblier. I can fit in shirts I haven’t worn in years and all the others feel loosier around my chest.

Does it make me more happy? Does it make me feel more sexy, does it, in any way, change how I feel about how I look?

It doesn’t.

A few years ago, maybe it would have had an impact on my self esteem, my self love. But since I have realised that those extra pounds didn’t stop people from liking my body, since I realised that I am allowed to feel good whatever size of clothe I’m wearing, since I’ve had hands caress this belly bump and cellulite filled ass, since I have been realising that people have wanted me even when I have a bad hair/body day … A lot of things changed since then.

A lot of things have changed since I have realised that it wasn’t how I looked like that mattered, but how I felt about how I looked like.

So dear dad and dear everybody else that isn’t you but are trying to have me say that now that I am a few pound lighter, I am happier; I’m sorry to report that I am not happier. I’m about as happy as I was before.

Ray’s Day : fêtons la lecture !!

Dans son appel à participation, Neil Jomunsi, nous invite à partager autour de la lecture. A célébrer la lecture.

Alors j’ai décidé de plonger la main dans la bibliothèque et de sortir des auteurs que j’aime beaucoup afin de lire quelques paragraphes. Un peu (beaucoup?) de polars. Bizarrement, c’était la bibli à polar. Je finis avec un bouquin de recette parce que manger c’est bien et c’est sain. On visite le Botswana, Bangkok … et Marseille. A base de premiers chapitres.

Les mots perdus du Kalahari de Alexander McCall Smith chez 10/18

 

Bangkok 8 de John Burdett aux Presses de la Cité

 

Les vies de Gustave de Gilles Del Pappas chez Au delà du raisonnable

 

Total Kheops de Jean-Claude Izzo chez Gallimard

 

Embrouilles au Velodrome de Jean-Paul Delfino chez Métailié

 

Jeunes Chefs Gault & Millau chez Mango

 

Et voici le lien direct vers la Maison Argaud.

homepage_logo

Isabel est une Kiwipal

Wellington - Vue sur Island Bay

Adelaide Rd – Vue sur Island Bay et le Cook Strait (Wellington)

Je me souviens, il y a un an, dans l’état dans lequel j’étais. Un truc un peu fou fou complètement psychotique. Heureusement j’avais les potes, la copine et le boulot (même si le boulot en temps que tel venait de devenir carrément fou fou fou parce que on venait de se taper LA tempête du siècle et que hahaha, allez bosser dans la maintenance locative un lendemain de tempête avec 1/5 des logements privés d’électricité … pas stressant du tout.)

Russell - Parc à huitres

Parc à huîtres dans Orongo Bay – Russell (Northland)

Enfin bref, il y a un an de ça, c’était le bordel dans ma tête, j’avais perdu du poids à force de pas manger, j’étais en mode relou avec ma coloc et pour rien au monde j’aurais voulu être ailleurs que dans ce cafouillage émotionnel et financier.

Hell's Gate - Rotorua

Hell’s Gate – Rotorua

J’étais en Nouvelle-Zélande, je venais de voir le match NZ/FR à New-Plymouth, j’étais amoureuse et je carburais à 9/10 shots d’expresso par jour (et les baristas du Esquire à coté du boulot connaissaient mon cocktail de choix; large flat-white avec un extra shot, aka entre 3 et 4 shots fonction de leur désir de me voir faire une crise cardiaque.)

Moi et mon nouvel ami – Yarrow Stadium – New Plymouth

Enfin bref, tout ça pour dire que si je pouvais, je recommencerai … avec quelques petites modifications en début de parcours. Quelles modifs vous vous demandez? AH!

Pour cela, il vous faut aller voir du coté de mon ami Guillaume et de son super site Kiwipal.

White Island 1

White Island – Vue du débarcadère, avec les vapeurs du volcan en fond.

Il y a déjà de cela quelques mois, Guillaume m’a posé plein de questions indiscrètes sur mon séjour en Nouvelle-Zélande, et vous me connaissez, je me suis empressé d’y répondre. Il a recueilli tout ça dans une chouette interview disponible sur Kiwipal, un super site bourré à ras-bord d’informations pratiques sur la Nouvelle-Zélande. Un arrêt nécessaire pour qui à des envies d’antipodes.

Queenstown - Randonnée

Du coté de Glenorchy (Otago)

On le retrouve aussi sur twitter (@kiwipal) et Facebook (quand à moi on me retrouve aussi sur mon blog de voyage)

Queenstown - Randonnée Ben Lomond 2

Du haut de Ben Lomond (alentour de Queenstown – Otago)

Moi, mon plat à tarte et ma nouvelle recette chérie.

Ça fait des années que je recherche LA recette de pâte à tarte. Avant j’utilisais de la pâte toute prête, mais à force d’aller dans des pays où c’est assez galère d’en trouver en supermarché, j’ai pris l’habitude de faire ma pâte. De la farine, du beurre, de l’eau. Jusqu’à présent, tarte sucrée ou salée, ça m’allait. Et puis Sarah des Smart Bitches à fait passer un lien pour un bouquin de recette à 2,99$ au lieu des 24.99$ et je me suis retrouvé à ajouter ce Pie It Forward (gesine Bullock-Prado) dans le Kindle.

Et dans ce bouquin, au milieu des recettes de tartes, de tourtes et autres idées diaboliques, il y a des recettes de pâtes. Et c’est là que j’ai trouvé mon bonheur. Elle s’appelle la “All-Butter Easy Pie Dough” et c’est ma nouvelle favorite.

C’est pas une pâte brisée mais presque. C’est pas une pâte feuilletée, mais presque. En gros, c’est un bonheur à préparer et à manger. Elle s’est aussi bien adaptée à ma tarte tatin qu’à ma tarte au chocolat.

Et si elle vous intéresse .. voici de quoi faire un fond de tarte.

  • 250g de farine
  • 1 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 225g de beurre à température ambiante
  • 1 cuillère à café de jus de citron
  • De l’eau froide
  1. Mélanger la farine, le sel, le sucre et le beurre
  2. Ajouter le jus de citron et mélanger
  3. Ajouter l’eau, petit à petit, en mélangeant jusqu’à obtention d’une pâte consistante
  4. Mettre au frigo pendant 30/60 minutes avant de l’étaler sur une surface farinée

Et voilà. Bête comme chou, et absolument délicieuse.

(pas de photo parce que … ben on a mangé les tartes avant que je pense à en prendre une.)

Aqua what?

En juillet, j’aurais 10 ans de permis et presque 12 ans de conduite sous ma ceinture. Pas un point de perdu, j’ai conduit sur tout type de terrain (ou presque), mais jamais sous la neige. Et jusqu’à hier soir 21h, je n’avais jamais fait d’aquaplaning non plus.

Aquaplaning

On nous avait parlé d’aquaplaning pendant l’entrainement au code, le moniteur avait presque hurlé “surtout ne freinez pas !!!!!!!!!!” (points d’exclamation inclus) mais depuis ce temps là … rien sur mon radar. Des grosses pluies, oui mais rien ne ressemblant ce moment de pure panique que j’ai connu hier.

J’ai passé la journée d’hier à Cannes en formation, et le réseau ne passait pas où nous étions. Donc c’est en quittant Cannes et en commençant notre périple pluvieux sur l’A8 qu’on a découvert, grâce aux panneaux lumineux, que toute la région était en alerte orange.  Debout depuis 4h30 du matin, il était 18h30 et comment dire, j’étais super contente de voir cette annonce. Super.

Taken from http://angecho.tumblr.com/

Comme sur la photo sauf qu’il faisait nuit noire et que l’autoroute était pas éclairée. Comprende?

Après plusieurs heures à alterner entre 70 et 110 km/h, suivant l’état de la pluie (entre faible et déluge intense), on est arrivé sur Aix et en prenant la sortie en direction Gap/Jas de Bouffan, je ne m’attendais pas à la piscine qui allait se trouver entre ma voiture et l’entrée d’autoroute.

Il y a le moment où on voit la piscine, le moment où on se dit “Oh Fuck”, le moment où on réalise qu’une seconde piscine suit la première, le moment où on se dit “SHIT SHIT SHIT FUCK” et celui où les roues avant touche l’eau et où le reste des passagers réalisant ce qui se passe font la même chose que ton moniteur il y a 12 ans de celà “Surtout freine pas!!!!!”

aaaah

Une fois la peur panique passée, et la réalisation que mes souvenirs et mes instincts on fait que je n’ai ni freiné ni accéléré … nous avons continué la route, calmement, toujours sous la pluie battante.

En dedans de moi, j’étais en mode “FUCK YEAH” parce que deux aquaplaning en l’espace de 20 mètres, ça file un sacré coup d’adrénaline.

woozh

Mais une fois les passagers débarqués, la voiture au garage et mes affaires posées, tout ce que je voulais c’était boire un truc fort et aller me coucher. Au final je suis juste allée me coucher. Rien ne vaut une descente d’adrénaline pour vous donner envie de rejoindre Morphée au plus vite.

Hanging on to my fat, for I’m losing it.

I have been going to the gym on and off in the past few months. I tend to hit it 5 times a week and suddenly find excuses not to go for a few weeks. On and off. And if before tonight you’d have asked me why, I probably would have answered with (pick one) :

– Too lazy
– Too tired
– I fucked up my knee
– I fucked up my back
– No time

Any of those would have worked perfectly. Until tonight. Because tonight a thought struck me and I can’t help realizing that this was, most probably, the main reason behind my on and off relationship with the gym.

See, I’m curvy. I’ve got large hips combined with a lovely mattress of fat around them, I have got a round and well defined belly and more often than not, the space between the top of the hips and the bottom of the ribcage is filled with fatty cells.

And I’m fit too. I walk a lot, my cardio is decent, I hike, I powerwalk … all that without hitting the gym. It keeps me in shape but doesn’t take the fat down nor take the muscles weight up. It just keeps me in a fit state that I like.

But I want more. For various personal reason, I needed to hit the gym on a daily basis and do cardio for 45 minutes minimum and push some weight around. On top of my morning light regimen and a few runs a week.

And so I went to the gym more, I had a routine to follow and I kept on pushing weight and I kept on eating the same amount of food I normally would eat. Not a lot, but slightly above what is recommended. Yeah, I got a sweet tooth and like my food.

And the more I went and ran on the elliptic, the more I used the wave machine (my personal hell), the more I pushed iron, the more fat I burned, the more defined my musled were getting, the more toned I looked like. And then I stopped because laziness, tiredness, and other issues.

And to be fair. To be entirely fair, it was not because I was tired, lazy or any of those reasons. No. Tonight after a 30 minutes run on the elliptic, as I was making my way toward the group of usual muscly men pressing 100kg because they can, I was suddenly struck with a thought.

I stopped going to the gym because I started to shift in front of the mirror and it was scaring the hell out of me. Because suddenly I was having less fat around the hip, more defined legs, less chubby neck, my collarbones were showing, my belly was getting more defined and flatter as the days were going by.

I stopped going to the gym because I was losing control over my curves. Over my soft bits, over these chunk of fatty cells that were shrinking as I was running more and more.

And yes, it fits a pattern. I get more toned and oups, can’t go to the gym, then the usual shape is back and I get my ass back to the gym until I get slimmer and oh noes, my knees hurt.

But I know, I know that if I do more push-ups and more cardio, if I do lifts and pull-ups, I know that I will gain more muscles and burn more fat. I know that my body will keep on getting more defined and that my belly will slowly but irrevocably grow leaner and less wobbly. I know that keeping my gym schedule means saying goodbye to a body that I love.

I love my bits to bits. And yes it anoys me sometimes ‘cos I can’t fit in things but you know what, I’ve got wide hips so I’ll never fit in a size 10 and my tights, even when they have almost no fat, are big and round and I can hardly fit a size 12 in them.

And so I’m not going to the gym to get leaner and slimmer. I get to the gym to get muscles and to have strong arms and legs and a heart that can be as strong and healthy as possible. I do not go to the gym to lose my fat.

But I must admit that because I’m eating healthy, because I’m engaging in energy consuming activity, because I’m pushing myself to push more and run faster and longer, my fat is going to go away. My fat IS going away. And there is nothing I can do, nothing, to keep it there, attached to my muscles, attached to my skin. Nothing I can do but to see my body shift and change and get into shapes it never got into before, and accept it.

Accept my fate. And keep going to the gym, even if it scares me to see bits of me go away. Even if it means saying goodbye to this body that I love and theses shapes I have grown used to.

Because if I want to face the challenges I want to face, I need this new body, these new shapes. I need them. But until I finally accepts this new reality, this new body, I’ll keep on eating a bit too much chocolate. Cos you know, I’m hanging on those curves as long as I can 😉